L'église Notre Dame

-A +A

L'église Notre-Dame

L'église Notre-Dame fut construite au XVIIIème siècle (1770) sur un tertre au bord de la rivière par le curé de l'époque M Lahaye à l'emplacement d'une ancienne chapelle dédiée à Notre Dame des Sept-Douleurs.

Cette chapelle était devenue église tréviale en 1607, mais elle n'était plus adaptée aux besoins d'une population croissante.

On ne conserva de l'ancienne chapelle que le clocher qui n'était nullement adapté aux proportions de la nouvelle église et donnait à l'ensemble un effet fort disgracieux.

Lors de l'agrandissement de l'église, entre 1859 et 1862, par l'adjonction d'une travée, l'ancien clocher fut démonté pierre par pierre, surélevé et reconstruit.

C’est un des plus beaux de la région avec deux galeries saillantes et ses jolis dômes qui lui font une harmonieuse silhouette.

Ceci lui valut d’être classé monument historique au début du siècle dernier. L’intérieur de l’église a été rénové en 1996 avec beaucoup de goût.

 

Les cloches

En octobre 1965, les cloches sont devenues muettes. La pierre qui, au sommet du clocher, sert de soutien à la croix, s'étant peu à peu descellée, un certain danger apparut du fait de ses oscillations à chaque sonnerie de cloches.

La municipalité pris un arrêté interdisant toute mise en branle des cloches...le clocher étant classé, il fallut attendre pour effectuer les travaux.

Pour pallier en partie à ce silence, le Maire, Jean-Marie Bleunven fit disposer dans le clocher des hauts-parleurs pour diffuser les sonneries enregistrées des cloches du monastère bénédictin d'En-Calcat.

Après réparation, le 1er dimanche de juillet 1969, le joyeux carillon se fit à nouveau entendre après trois ans et demi de silence.

 

Les quatre cloches qui ornent notre clocher ont été fabriquées à des dates différentes. Chacune des cloches portent en inscription, son nom, sa date, ses parrain et marraine, le nom du recteur et son poids :

  • Marie-Emilie-Michèle (1875); Parrain : Michel Crozon (Maire); Marraine : Mlle Emilie Billant, bienfaitrice de l'église; Recteur : François Le Sann ; Poids : 350 Kg.
  • Emilie-Armande (1879); Parrain : Armand de Riverieux (Maire) ; Marraine : Mlle Emilie Billant;Recteur : Yves-Marie Richou ; Poids : 850 Kg. 
  • Marie (1937) ; parrain : Louis Guirriec (?) ; Marraine : Marie Jestin ; Recteur : Louis Rolland ;Poids : 450 Kg.
  • Marie-Jeanne (1946) ; Parrain : François Lichou (Maire) ; Marraine : Jeanne Guermeur; Recteur : Yves Acquitter ; Poids : 650 Kg.

 

 

A noter, que fin février 1793, pendant la révolution, un avis émanant du district enjoignait de procéder à la descente des cloches dans tout le canton de Lannilis, dont Bourg-Blanc faisait alors partie. Ces cloches étaient destinées à être fondues pour servir à la fabrication de canons utilisés par l'armée révolutionnaire. L'année suivante, ce sont les cordes qui servaient à mettre en branle qui furent portées au port de Brest, où se faisait sentir la pénurie de cordages pour la marine de l'Etat.

 

 Pietà ou Vierge de Pitié 

Le calvaire du parvis de l'église est un monument composite placé là par M l'abbé Rolland en 1920.

Il est principalement composé d'une croix et d'une pietà  (Vierge representée avec le corps du Christ sur les genoux) reposant un socle réalisé avec une borne milliaire.

Cette borne milliaire provient du Leuré où elle était penchée dans le sol et appuyée contre la croix du Leuré.

 

Monument aux Morts

Le Monument aux Morts est encadré par deux stèles celtiques.

 

Chapelle des Trépassés  

(fin du XVI - XIX - XXème siècles)

Dédiée à St Eloi, patron des Orfèvres et des forgerons, et à St Herbot, patron des bêtes à cornes, la chapelle est un ancien ossuaire. Le bâtiment est restauré en 1842, puis en 1990.